Courcelles Sur Seine Association Les Nu-Pieds  
02.32.52.43.76  -   


Accueil
Notre commune
Un peu d'histoire
La région
Événements
Vos documents
Vos démarches
Les Associations
Nos Entreprises
Galerie photos
Avant - Après
Numéros utiles
Autres sites
Éditoriaux

Un peu d'histoire.


Historique de Courcelles sur Seine, extraits d'un édition de la fin du XIXème siècle.

C ourcelles, du latin Corticelloe, petites cours, est d'origine romaine, et le vocable de Saint-Martin annonce que la paroisse est ancienne.

   La seigneurie de cette localité a été de très bonne heure divisée en deux parties, l'une ecclésiastiques, l'autre laïque.

   n l'an 1128, Hugues II de Gournay ( M. L'abbé Decorde l'appelle Hugues III, mais qui semble d'être une erreur. ), fils de Gérard et de Gondrée, possédait l'église de Courcelles et une partie de son territoire.   Ayany alors fondé l'Abbaye de Saint-Laurent-de-Beaubec, dans la forêt de Bray, il lui donna sa vigne de Courcelles, avec l'église Saint-Martin, le droit de patronage et tout ce qu'il possédait ( M. de Toulmont pense que Courcelles n'a été donné à l'Abbaye de Beaubec qu'en 1147. ).

   Hugues II de Gournay avait épousé vers 1120 Mélissandre, soeur du compte de Vernandois, il fut chargé en 1135 de défendre la frontière de Normandie, et on prétend qu'il mourut dans un pèlerinage en Palestine.

   Autrefois, en Normandie, on entendait généralement par une charrue de terre, un domaine de 60 acres.   Un texte de 1169 indique qu'il existait alors sur le territoire de Courcelles une terre de trois charrues, c'est à dire la contenance de 180 acres, couverte de bois et inculte.

  

   Une charte donnée par le roi Jean, le 20 octobre 1201, en faveur de l'Abbaye de Beaubec fait mention du territoire de Courcelles, de ses maisons et du patronnage de l'église.

   Tatin, seigneur de Pintreville, céda en 1206 à Etienne du Mesnil l'île Jourdain et le Gord ou pêcherie qu'il avait à Courcelles, monnayant une rente de deux flêches arbelées ( Cartulaire de Bonport ).

   Le pouillé d'Eudes Rigaud constate qu'en 1260, Courcelles avait pour patron l'abbé de Beaubec et comptait 36 paroissiens : la cure valait 15 l.t.

   Au XVème siècle, on achetait des rentes de vin à perpétuité ; en voici un exemple : vers 1435, un cague de vin vermeil de Courcelles, à fournir à Romain Langlois, curé d'Autretot, sur le quai de Rouen, était vendu pour 12 l.t. ( M de Beaurepaire, Etats des campagnes. )

   Courcelles renfermait alors des vignobles importants.

   L'Abbaye de Beaubec présentait à la cure en 1648, elle possédait encore son fief de Courcelles le 10 janvier 1689 : ce n'est qu'après cette époque que l'abbaye vendit sa seigneurie.



   La famille de Chevestre de Beauchêne posséda la portion de Courcelles qui avait appartenu à l'abbaye de Beaubec, elle passa ensuite par des acquisition aux Hallé de Clerbourg ( M. de Toulmont ).

   En 1692, Armand Claude Hallé de Clerbourg était seigneur de Courcelles et de Fourneaux, il requit en 1699 enregistrement de ses lettres de provision.   En 1707, messire Armand Hallé de Clerbourg, chevalier, seigneur de Courcelles-Sur-Seine, était gouverneur d'Andelys et du château Gaillard ( M. Brossard de Ruville, Andelys ).

   Messire André Hallé de Clerbourg, chevalier, seigneur de Courcelles et Jeufosse, conseiller et chambellan du roi fût parrain à Bailleul en 1714.   André Hallé de Clerbourg, IIème du nom, neveu du précédent, seigneur de Courcelles et de Fourneaux, chevalier de Saint-Louis, demeurant au château de Jeufosse, épousa en 1764, à la Croix-Saint-Leufroy, Louise Olympe de Loubert, fille de feu Alexandre-Adrien de Loubert, seigneur de Dardez et de Mailloc ( M. Lebeurier, La Croix-Saint-Leufroy ).

   Hallé : de gueules, treillissé d'argent.   Un neveu d'André de Clerbourg échangea la seigneurie de Courcelles avec les Chartreux de Gaillon, contre un autre fief.

  

   La portion laïque de Courcelles appartenait originalement à des seigneurs de ce nom et relevait féodalement des archévêques de Rouen, en leur baronnie de Fresne, pour un demi de haubert.

   En 1289, Nicolas du Lu donne à Saint-Léger-Préaux une rente de 29 S.6 d. assie sur plusieurs terres à Bouafles, dont l'une aboutissait à la terre de Mgr Jehan de Courcelles, chevalier ( Charte inédite.L arch. De l'Eure ).

   En 1330, Pierre de Courcelles, surnommé d'Ecos, probablement fils de Jehan, était seigneur de Courcelles.

   Un aveu fut rendu en 1352 à l'archevêque de Rouen par Jean de Courcelles IIème du nom, sieur de Saint Liébaut ( Saint-Liébaut était un fief en Champagne, aujourd'hui Etissac ), chambellan de Charles VI et du duc de Bourgogne pour le fief de Courcelles, quart de haubert ( Archives de l'Eure ).

    Jean de Courcelles IIème du nom, fils du précédent donne en 1418 pour le quart du fief de Courcelles, sis à Bouafles et pour le quart de fief appelé Robert, au même lieu, relevant tous deux de l'Abbaye de Préau.


   Pierre de Courcelles, fils de Jean, seigneur de Saint Jean Liébaut épousa le 8 mars 1435 Préjunte de Melun, soeur de Guillaume marié à Marie de Courcelles aussi fille de Jean.

   Le 12 janvier 1481 devant les notaires du Châtelet, Philippe de Courcelles écuyer vend à H.H. Richard Guere, bourgeois de Gaillon 1/8 de fief assis au Hamelde la Baguelande ( Histoire des Aqndelys, Brossard de Ruville. ) : il zest probable qu'il lui vendit également son fief de Courcelles.

   Richard Guere laissa entre autres enfants Louis, Seigneur de Courcelles et Jean dit le Jeune, sieur de Cléry : Louis étant mort sans enfants, son frère réunit les fiefs de Courcelles et de Cléry.

   Jean Guere avant épousé par traité de mariage le 4 juillet 1513 devant Thomas Coiffier, tabellion de Gaillon damoiselle Hélène le Sec dont il eut plusieurs enfants.

   Une transaction eut lieu devant le bailli de Gaillon le 28 Novembre 1570 entre Bernardin Guere, ex sieur de Courcelles, curateur de Jean Guere son frère d'une part, Quantion et Paris dits Guere, ex... frères enfants héritiers de feu Jean Guere, sieur de Courcelles.

  

   Guere : d'azur ou chevron d'or, bordé de sable, accompagne en chef de deux croissants renversés d'argent, chargés chacun d'une merlette d'or et accompagné en pointe de trois croissants d'argent 1 et 2.

   Bernardin Heure avait épousé à Gisors le 6 juin 1511 Geneviève le Pelletier, fille de H.H. Nicolas sier du Parc, dont il eut Nicolas Guere, avec lequel il vendit la seigneurie de Courcelles aux Chartreux de Gaillon le 18 mars 1583.   Les vassaux étaient tenus de fournir au seigneur pour la tenue des plaids, le jour de Saint Martin d'Etat, un lit garni et fourni.

   Les Chartreux finirent par posséder presque tout le village de Courcelles à la Fin du XVIIIème siècle.

   De nos jours, le domaine de Courcelles a été possédé par M. de Toulmont, connu dans le domaine littéraire par différents publications dans le bulletin monumental.


   Pour en savoir plus, venez chercher gratuitement à la mairie votre copie du livre « Courcelles-Sur-Seine Un pont entre Deux Terres » publié par la commune. ( Un exemplaire par foyer! )


 
     
Association de réflexions et d'actions communales.
9 Les Joncs marins
27940 Courcelles Sus Seine - FRANCE